News
 
 
 
 
14.07.2017 / Sports

Dans la tête de Federer, modélisons son positionnement mental

Le positionnement mental est issu d’un concept de l’analyse transactionnelle (Eric Berne). Le positionnement mental avant une compétition a une influence certaine sur la performance mentale et donc comportementale d’un individu pendant une compétition. Il ne sera pas toujours suffisant pour assurer la victoire, mais il permettra le plus souvent à l’athlète de tirer le meilleur de ses compétences durant la compétition.

Le 14 juillet 2017, Roger Federer dispute sa 12e demi-finale à Wimbledon. Malgré son aisance depuis le début du tournoi, Roger Federer ne se considère pas comme le favori pour la victoire à Wimbledon, et pense que les autres demi-finalistes ont aussi le potentiel pour s'imposer.

Roger Federer (vainqueur de Milos Raonic en ¼ de finale) :« Être le favori ou pas, ça ne compte pas. Les autres qualifiés sont de très bons joueurs, ils auront leur mot à dire sur le terrain. Ils ont de gros services, de gros coups droits, ils frappent vraiment fort. Ils sont tous les trois plus grands et plus forts que moi. Je dois trouver une autre manière de jouer pour les battre, utiliser mes slices, mes effets, ma régularité aussi. Je ne pense pas mieux jouer que ces dernières années. Est-ce que je suis surpris par mon niveau? Peut-être un peu oui. L'idée en zappant la saison sur terre était de me sentir vraiment bien en seconde semaine ici. Et j'ai l'impression que ça été efficace.»

En lisant ces quelques lignes de l'interview de R. Federer, on se rend compte qu'il ne part pas dans sa tête comme étant déjà vainqueur de sa 1/2 finale ou même du tournoi simplement parce qu'il est mieux classé que les joueurs encore en lice ou qu'il a déjà gagné plusieurs fois ce tournoi. Il leur donne de la valeur tout en s'en donnant à lui également en disant qu'il se sent vraiment bien en seconde semaine.

C’est quoi un positionnement mental ?

Le positionnement mental est la valeur que je me donne à moi-même et aux autres, l’idée positive (que l’on symbolise par un +) ou négative (que l’on symbolise par un -) que j’ai de moi, des autres et du monde. Il y a quatre positionnements mentaux :

  • Je suis ok / vous êtes ok (+/+),
  • Je ne suis pas ok / vous êtes ok (-/+)
  • Je suis ok / vous n’êtes pas ok (+/-)
  • Je ne suis pas ok / vous n’êtes pas ok (-/-)

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? 

La position +/+ : Je me respecte et je vous respecte, j’ai conscience de ma valeur et de la vôtre : nous sommes égaux. Dans un sport de compétition, c’est la position idéale pour donner le meilleur de soi-même. 

La position -/+ : Je me dévalorise. L’autre ou les autres valent beaucoup mieux que moi, ils y arrivent mieux. Dans un sport de compétition, cela implique de partir battu d’avance.

La position +/- : Je pense que je vaux mieux que l’autre. Dans un sport de compétition, si la compétition ne se passe pas comme je l’ai imaginée et que mon adversaire montre davantage de résistance que prévu, il pourrait être difficile pour le sportif qui s’est vu « plus fort et plus beau qu’il ne l’était » de trouver les ressources nécessaires pour faire mieux.

La position -/- : Je ne vaux rien et l’autre non plus. Dans un sport de compétition, cela amène à une performance de piètre qualité.

Et vous ?

En lisant ces quelques lignes, vous vous rendez certainement compte que le positionnement mental s’applique à chacune et chacun de nous dans nos vies professionnelles et personnelles respectives. Ne sommes-nous pas tous en effet les athlètes de nos vies ?

Alors, si vous deveniez le « Federer » de votre vie, dans quel domaine de celle-ci pourriez-vous changer votre positionnement mental et passer de -/+ ou +/- à +/+ ? Si vous le faisiez, qu’est-ce que cela changerait à vos actions et comportements ? Et quel but est-ce que ça vous permettrait d’atteindre ?

Autre news